| Contacter l'agence | 02 96 23 88 20

De Troperig à Roc’h Ledan

Accueil > Les 70 ans de l’agence > De Troperig à Roc’h Ledan

Une partie de la jeune génération de la famille Le Guillouzer sur la croix de Troperig. Croquis de Jeannic Le Guillouzer - Le Voyer.

L’étymologie du nom « Le Guillouzer » est sujette à controverse. En effet, « Gwilhou » peut être soit le surnom attribué au loup en Bretagne, soit une forme de bretonnisation du prénom Guillaume, soit encore le nom donné aux bardes. Quant à la terminaison, elle est à rapprocher du suffixe « her » qui correspond au mot français « héritier », ou encore « aer » comme dans « lapinetaer » (chasseur de lapin). Entre « le fils du barde », ou « le chasseur de loup », difficile de trancher. Une autre explication, plausible elle aussi, serait une prononciation dérivée du mot « gwiliouder », qui signifie « accoucheur ».

Le berceau de la famille Le Guillouzer est le quartier de Troperig, proche du bourg de Trégastel. En partant du cimetière, il faut emprunter la route des Traouiero, prendre le quatrième petit chemin sur la droite et s’arrêter devant la très jolie croix de granit. Cette dernière a toujours été le point de ralliement des habitants du hameau, depuis le temps pas si éloigné où les femmes se réunissaient autour du modeste calvaire pour écosser les petits poix ou étaler l’ajonc fraîchement coupé, avant de le broyer et d’en faire un complément de fourrage pour les chevaux. La croix de Troperig date de 1636. Sur le fût une bosse symbolise un bubon de la peste qui ravagea le Trégor à cette époque.

Juste derrière le monument, on accède directement aux Traouiero. D’emblée, le visiteur se retrouve entre mousses, fougères, chaos granitiques et grottes, dans une vallée boisée d’une grande richesse botanique. « Traouiero » est d’ailleurs un double pluriel qui signifie « les vallées ». Depuis Troperig, un chemin rocailleux descend entre les sureaux, les saules et les châtaigniers jusqu’au ruisseau appelé le Kerougant. Une pierre tombale permet de le franchir sans se mouiller les pieds et de se retrouver sur la commune de Perros-Guirec. L’itinéraire principal conduit ensuite le promeneur jusqu’à la route de Randreux.

Mais le plus spectaculaire reste à venir. Après avoir tourné à droite et longé la voie sur une centaine de mètres, il faut repérer une brèche de l’autre côté, sur la gauche, et se frayer un passage entre les ajoncs et les bruyères. En effet, le plus beau panorama de la Côte de Granit Rose se mérite. Il a pour nom « Roc’h Ledan », ce qui signifie « le rocher large, étalé ». La partie supérieure est le point culminant de tout le secteur. Un horizon à 360° révèle une vue à couper le souffle, côté mer et aussi côté campagne. Le regard balaie tour à tour le port de Ploumanac’h et le château de Coastaeres, les Sept Îles (« Ar Jentilez »), la presqu’île Renote, le phare des Triagoz, le rocher du Corbeau (« Enez Vran ») au nord de l’Île-Grande.

Vue depuis Roc’h Ledan, les carrières et la chapelle de La Clarté. Croquis de Jeannic Le Guillouzer - Le Voyer.

Défilent ensuite le clocher et les antennes de Pleumeur-Bodou, les champs parsemés de rochers et entourés de talus se déroulant en mosaïques jusqu’à la lande en contrebas, les grues vertes et jaunes crevant le ciel comme des jeux de Meccano géants au-dessus des carrières, et enfin la chapelle de La Clarté se détachant dans toute la force et l’élégance de son granit rose.

Devenez
Propriétaire

Locations
de vacances

Suivez-nous sur